Dans les data centers, la technologie Flash gagne du terrain dans le stockage primaire associé aux applications critiques. Quelques comparaisons avec les technologies de stockage sur disques expliquent son intérêt. Une seule baie Flash peut remplacer plusieurs baies de disques plus lentes, ce qui permet en outre de consolider les environnements de stockage. La performance en termes d'opérations par seconde se situe autour de 150 IOPS avec le stockage sur disques, contre 3 millions pour les baies 100% Flash  Autre avantage des baies 100% Flash : elles intègrent des fonctions avancées incluses dans la licence  - snapshot, clonage, réplication et déduplication - aidant à optimiser les données.

Flash : un meilleur coût total de possession et une administration facilitée

Longtemps réputées onéreuses, les baies de stockage 100% Flash offrent en réalité un meilleur coût total de possession. Leur exploitation au quotidien est plus simple, sans besoin de consultants spécialisés. Elles évitent aussi de déployer les usines à gaz du  « short stroking » pratiqué pour optimiser les performances des baies monolithiques - le principe consistant à n'utiliser que les pistes externes à la vitesse linéaire plus élevée sur un grand nombre de disques sous-utilisés. A performance équivalente, des baies Flash de 4U suffisent, consommation électrique divisée par 15 à 20 en prime. Le Flash économise aussi au niveau des serveurs : grâce à une latence plus basse que les autres types de baies de stockage, il permet de mieux exploiter la puissance des machines. Résultat : moins de serveurs nécessaires par application et des économies en termes de licences.

Le prix du Flash au gigaoctet s'aligne de plus en plus sur celui des technologies de stockage sur disque et promet de diminuer plus vite. Ainsi le stockage 100% Flash devrait devenir toujours plus abordable, avec toutes les chances de se développer dans les data centers jusqu'aux applications secondaires. Les jours du stockage sur disques traditionnel semblent comptés.