Une fois abouti, le véhicule autonome sera capable de conduire, d’anticiper et de gérer toutes les situations sur la route, même les plus inattendues. Il intègrera donc une technologie qui non seulement « sait » conduire, mais de plus, apprend continuellement à mieux conduire.

Comme un humain, un véhicule autonome apprend d'abord en assimilant les expériences sur la route. Puis, selon les situations, il applique des règles de résolution de problèmes - les algorithmes - dont il tire à chaque fois un nouvel apprentissage. Et ainsi de suite jusqu'à savoir réagir dans tous les cas de figure. Ce processus implique de combiner Big Data et intelligence artificielle auto-apprenante.

Les défis liés au stockage et au traitement temps réel des volumes massifs de données

L’apprentissage machine mobilise et génère simultanément des volumes colossaux de données. D’où une croissance incessante puisque la technologie exploite les analyses précédentes, gardées en mémoire. Ainsi, apprendre à conduire à un véhicule autonome confronte les constructeurs à un sérieux défi en matière de stockage - les véhicules actuellement en test génèrent à eux seuls plusieurs pétaoctets de données par jour. Traiter ces données nécessite en outre une puissance informatique inédite - un processus en plusieurs étapes, où les données sont collectées, déplacées, analysées et réutilisées pour affiner les apprentissages.

Les approches traditionnelles de gestion des données ne sont adaptées ni à un besoin de stockage illimité, ni au déplacement de Big Data entre équipements de stockage et systèmes de simulation à grande échelle, où sont exploités des milliers d’algorithmes. Une approche appropriée consiste à tirer parti du framework libre et open-source, Hadoop. Celui-ci offre un stockage illimité et la capacité à gérer d’intenses charges de travail très évolutives. Autre atout : avec Hadoop, les déplacements de données sont limités puisque ce sont les algorithmes qui sont déployés dans l’environnement de stockage. Cette solution permet de réduire les délais de simulation de plusieurs jours à quelques minutes.