L'évolution des Big Data et des usages associés suit son cours. Après que les pionniers ont ouvert la voie, l'heure est désormais à la généralisation et à la démocratisation. La maturité des technologies permettant de les exploiter a donné naissance à des services en ligne, suffisamment conviviaux pour que tout un chacun puisse les utiliser. Autre signe de cette démocratisation : des modèles d'analyse par apprentissage automatique (Machine Learning) ou par intelligence artificielle arrivent également entre les mains de non spécialistes, sous la forme de services ou d’API prêts à l'emploi. A la clé, les entreprises décèlent dans leurs données des possibilités jusque-là insoupçonnées d'optimiser produits, services et stratégies, le tout sans débourser des fortunes en compétences expertes ou en outils technologiques.

Si cette étape de démocratisation reste assez classique dans l'évolution d'une technologie, l'impact dans le domaine des Big Data mérite qu'on s'y intéresse. Un peu comme le Cloud a permis à des milliers de start-ups de se doter d’infrastructures informatiques pour un investissement limité, les services analytiques pourraient aider les PME à gagner en compétitivité. En effet, tant que de tels outils en ligne n'existaient pas, l'écart se creusait entre les acteurs habitués à manipuler et analyser les données et tous les autres. Aujourd'hui, avec l'appui de ces API et l’expertise des data scientists qui les ont conçus, même les entreprises les moins rompues à la science de la data peuvent valoriser leur capital informationnel. Le domaine des études sociales en profite aussi en identifiant mieux l'usage des données par les entreprises - y compris en décelant des pratiques discriminatoires. Enfin, les experts disposent d'outils simples et efficaces pour aider les néophytes à construire une infrastructure de données de A à Z.

Lire l'article (en anglais)