Les méga data centers qui hébergent les données stockées dans le Cloud prolifèrent. Leur lourde empreinte carbone augmente en parallèle, nourrie par la consommation électrique de milliers de serveurs et de systèmes de refroidissement qui tournent à plein régime. Pour limiter cet impact environnemental, l'Islande présente tous les atouts des pays nordiques : climat froid et énergies renouvelables en abondance (hydroélectricité et géothermie), qui en font un emplacement idéal entre l'Europe et les Etats-Unis pour accueillir le maillage de data centers d'un nouveau Cloud nordique.

Ce n'est pas tout. L'île se distingue par un projet architectural inédit, conçu par des architectes en bâtiment venus d’Italie. Pour optimiser l'utilisation des énergies renouvelables locales et assurer une évolutivité à toute épreuve, le data center islandais type prendrait la forme d'un haut cylindre. Tous les composants matériels seraient fixés à la façade, faisant du bâtiment une carte mère 3D géante et évolutive comme le Cloud. Au centre de ce cylindre géant : le conduit d'air du système de refroidissement en forme de cheminée. Il expulserait une partie de la chaleur émise ; le reste pouvant chauffer des activités en sous-sol (laboratoires et serres). Première reconnaissance pour ce projet : la troisième place du concours « Skycraper Competition 2016 ».