Au lancement d'une startup, le stockage Cloud se discute peu, il se pratique d'office. Pas d'investissement dans une infrastructure de data center, pas de gestion à assurer avec un personnel qualifié, le tout en bénéficiant d'une économie d'échelle que seuls les géants du Web comme Amazon peuvent concrétiser. Le Cloud reste la solution pratique et peu coûteuse des débuts. La question se corse ensuite. Dropbox, par exemple, a pu prendre son essor grâce au stockage Web sur Amazon S3. En 2014, la startup devenue grande a transféré son stockage sur ses propres data centers. A la clé, des économies de taille répercutées sur ses tarifs qui ont connu une baisse.

Si le cas de Dropbox n'est pas unique, d'autres jeunes pousses préfèrent rester dans le giron d'Amazon pour stoker leurs données. C'est le cas de la startup Zynga. Quoiqu'ayant réuni les fonds nécessaires pour se doter de ses propres data centers, l'entreprise n'a fait qu'un bref essai du stockage maison : trop onéreux en termes de gestion et de personnel. Les besoins d'un plan d'économie l'ont vite ramenée à Amazon et à ses économies d'échelle. Stockage Cloud ou maison : finalement pour les startups, c'est avant tout une question de dimension.