La transformation numérique des entreprises oblige leurs départements informatiques à faire preuve d'agilité pour garantir la satisfaction des utilisateurs internes et externes – priorité absolue à l’ère du digital. Pour les DSI qui gèrent des systèmes historiques, c'est un réel défi. Ces systèmes ont été conçus à une époque où la rapidité et l'évolutivité requises par le Web n'étaient pas encore de mise. En conséquence, il est difficile d'adapter leurs processus à des opérations agiles. La qualité de service s'en ressent côté utilisateurs. Il n'est pas rare qu'au sein des départements informatiques, personne ne puisse endosser directement la responsabilité de ce qui fonctionne mal.

Pour remédier à cette situation, les DSI doivent identifier des pistes d'amélioration. Les référentiels établis, par exemple COBIT pour la gouvernance du SI ou PMBOK pour la gestion de projet, n'apportent pas toutes les réponses. Il est sans doute temps d'analyser différemment les processus de la DSI. Dans ce contexte, la méthodologie « Lean Six Sigma » qui combine le Lean Management et Six Sigma peut les aider. La première analyse la place de l'homme dans les processus et traque les gaspillages, le deuxième se penche sur la variabilité du processus, en se fondant à la fois sur le feedback des utilisateurs et sur des données mesurables. Ils proposent donc des grilles de lecture différentes par rapport aux référentiels conventionnels. Ce faisant, ils peuvent aider les DSI à identifier les pistes d'amélioration pour convertir le SI à l'agilité.

Lire l'article