Plusieurs hôpitaux américains ont pu soigner des malades du cancer chez qui les traitements classiques avaient échoué. La clé du succès : un traitement personnalisé au génome près. Ces résultats sont issus de l'analyse des données de séquençage du génome humain sur des milliers de personnes. L'opération fait ressortir les caractéristiques communes chez ceux qui souffrent du même mal, permettant à la médecine de produire des traitements ciblés. Or ce séquençage n'est pas une mince affaire : plus de 3 milliards de caractéristiques génétiques par personne, soit 100 Go de données.

Comment médecins, chercheurs et universitaires ont-ils réussi cette prouesse à l'échelle d'un vaste groupe de la population ? Grâce au Cloud public, à sa puissance de calcul, de stockage et au travail collaboratif qu'il favorise. Quelques chiffres donnent la mesure de l'enjeu : le premier séquençage du génome humain a pris 15 ans. Automatisé dans le Cloud, il ne prend que 40 jours. Coût de l'opération avant le Cloud : 3 milliards de dollars. Avec le Cloud, la facture tombe à ... quelques milliers de dollars. A l'évidence, aucun système IT interne dans un hôpital ne serait en mesure d'en faire autant C'est donc bien le Cloud qui permet aux Big Data médicales de faire avancer la recherche.