Selon une étude de Backblaze, la plupart des supports de stockage a la vie courte. Seuls 50% des disques durs survivraient au-delà de leur sixième année. Un CD peut durer une dizaine d'années, tout au plus, et une bande magnétique quelques décennies, à condition d'être bien conservée. Résultat : de nombreuses données ne sont transmises au fil des années qu'au prix d'opérations de transfert d'un support à l'autre, sans garantie de pérennité et de stabilité. Que va-t-il advenir des Big Data de ce début de 21ème siècle ? A qui seront-elles transmises et par quel biais ?

La recherche scientifique apporte des solutions inédites. Stockage ADN dans une microcapsule de silicone, gravure de cristaux de quartz... Ces solutions sophistiquées promettent de tenir plus d'un million d'années. Leur prix astronomique n'en fait toutefois pas encore des solutions commercialisables. Plus modestement, le disque optique assure une préservation des données pendant quelques centaines d'années. Plus réaliste, plus abordable aussi, il reste simple à lire grâce à des normes de type ISO qui ont toutes les chances de perdurer. Reste à choisir quelles données mettre de côté pour les générations futures...