Place de la Nation, l'expérience de « Tactical Urbanism » de la Mairie de Paris s'appuie sur des partenariats public/privé et la collaboration de nombreuses startups. Afin de mieux comprendre les flux de véhicules, piétons et vélos transitant sur la grande place parisienne, mais aussi analyser les niveaux de bruit et de température et la qualité de l'air, l'endroit a été truffé d'objets connectés. Ainsi capteurs, caméras et sonomètres collectent des données en temps réel sur 70 points de mesure. La collecte est réalisée via Wifi, les données font l'objet d'un traitement local dans des serveurs en armoire technique sur place, puis partent vers un data center pour une analyse approfondie.

Que va permettre cette collecte massive et l'analyse des Big Data associées ? Tout d'abord, de tester de nouvelles configurations entre véhicules et passants en piétonnisant certains points pour relier des ilots de la place. En mesurant en temps réel l'impact sur le trafic, ces expériences permettent de retenir les meilleures options pour tous ceux qui circulent sur la place. Plusieurs facteurs impactant l'environnement peuvent aussi être optimisés. Exemple avec les tournées de ramassage du verre : des capteurs sur les containers indiquent le niveau de remplissage, ce qui évite d'envoyer des camions trop souvent.

A terme, l'expérience va contribuer au réaménagement de la place de la Nation, vers un modèle plus vivant et plus actif. L'approche devrait être déployée à l'échelle de toute la capitale. Mais auparavant, les équipes de la Marie de Paris devront arbitrer différents éléments de sa stratégie IoT – entre autres : gestion des objets connectés et des intervenants, et mise à disposition publique des données.