Bien qu’elles soient essentielles, la conception des data centers ne se résume pas à des questions d'efficacité, de refroidissement et de sécurité. Il n'est pas rare que des architectes soient sollicités pour soigner leur esthétique et mettre en valeur leur emplacement parfois surprenant. Parmi les exemples notoires figure le data center « Pionen » de Bahnof enfoui sous les rues de Stockholm. Son design lui donne des allures de repère de James Bond, avec végétation et chutes d'eau. À Barcelone, « MareNostrum » se loge dans une ancienne église du 19e siècle, au cœur du campus de l'Université de Catalogne. Autre exemple en Corée où Naver, l’un des principaux portails Web du pays, héberge les contenus en ligne de ses clients dans un bâtiment inspiré des bibliothèques royales de la dynastie Joseon (18e siècle).

Ces architectures atypiques de data centers ne sacrifient en rien les aspects techniques et n'hésitent pas à verdir les installations. En Norvège, « Green Mountain » profite d'un emplacement situé au bord d'un fjord pour refroidir les installations avec l'eau froide environnante. Ancienne base souterraine de l'OTAN, le site profite en outre d'une sécurité de haut vol. Naver en Corée recycle quant à lui l'eau de pluie pour refroidir ses équipements. Dans le Michigan, l'opérateur Switch étend l'ancien centre de développement de Steelcase, fabricant de meubles, pour aboutir un à campus aux capacités hors norme. Enfin Pionen bénéficie de l’autonomie énergétique, grâce à des moteurs diesels conçus pour les sous-marins.