Les Big Data se caractérisent par un volume de données qui ne tient pas sur un seul serveur et appelle donc un traitement distribué sur plusieurs machines en parallèle. Ce qui ne les empêche pas de livrer une analyse en temps réel des données, qu'elles soient structurées ou non. Les bénéfices à  la clé : une prise de décision également en temps réel et une capacité à  anticiper l'optimisation des services en fonction des tendances. Pour les réseaux, ce bénéfice se traduit par une adaptation immédiate, voire anticipée, des capacités au trafic, l'identification de nouveaux services ciblés et la détection d'anomalies et d'imprévus.

Toutefois, l'application du RTBDA aux réseaux télécom se heurte à  la notion de temps utilisée dans leurs technologies traditionnelles orientées connexions. Avec leurs processus très structurés, les réseaux changent peu d'une minute à  l'autre. Le temps réel dans le domaine s'évalue donc à  quelques minutes, délai de référence dans les enregistrements détaillés des événements – « EDR ». Ce délai s'avère aujourd'hui dépassé par les nouveaux réseaux IP et par paquets qui réorientent le trafic en quelques nanosecondes. Pour permettre des décisions en temps réel nouvelle version, les réseaux peuvent s'appuyer sur des technologies existantes, telles des appliances et des sondes. Combinées aux précieuses informations des EDR, elles offrent une vision immédiate sur ce qui se passe dans le réseau. L'amélioration du service qui en découle est un plus pour les utilisateurs et les géants du Web. Leur trafic pourrait d'ailleurs finir par être monétisé en faveur des opérateurs.