Les équipements de stockage n'hésitent plus à se loger dans des endroits inédits. Ainsi, Microsoft a expérimenté l'immersion d'un data center entier dans une capsule étanche. Après deux mois sous les eaux du Pacifique, l'installation est remontée intacte. Callison, une entreprise américaine, a, de son côté, installé un data center de stockage dans une ancienne mine dans le nord-est des Etats-Unis. Le niveau stable de température et d'hygrométrie qui règne sous terre offre l'environnement idéal pour une installation de stockage. Autre invention, mais cette fois tout en hauteur : le concept d'un building cylindrique et creux, sorte de carte mère géante imaginée sous le climat froid de l'Islande.

L’innovation porte également sur les matériaux et les propriétés des supports de stockage. Des disques de verre contenant des nanostructures de stockage en cinq dimensions repoussent les limites du possible. Elaboré par une équipe de chercheurs de l'Université de Southampton, ce disque de quelques centimètres peut contenir 360 téraoctets de données et supporter des températures supérieures à 350 degrés. Sa durée de vie avoisinerait les 14 milliards d'années – de quoi répondre aux exigences réglementaires pour un bon moment ! Chez Hitachi, un prototype similaire utilise un disque composé de quartz indestructible, non seulement dans le temps mais également face aux agressions chimiques et de l'eau.

Dernière innovation prometteuse : un support flottant (« cantilever ») pour de petits appareils de type smartphones et lecteurs MP3, capable de convertir les flux électriques des appareils en code binaire. Plus rapide et consommant moins d’énergie que tout autre système existant aujourd’hui, cette invention pourrait révolutionner le stockage, mais aussi l'électronique grand public.