Quand le PD-G de Tesla échange sur les réseaux sociaux avec un utilisateur et répond en quelques jours au problème d'occupation abusive des superchargeurs de voitures qu'il lui a soumis, tout passe par le Cloud. Ce cas de figure, véridique, illustre combien le Cloud a changé la donne dans la notion de service livré aux clients. Les données qui transitent par le nuage instillent une immédiateté et une précision qui aident à comprendre exactement ce qu'attendent les utilisateurs. De quoi améliorer la réponse apportée et nourrir la compétitivité. Ainsi, le Cloud est devenu incontournable pour les sociétés de services qui y trouvent également les capacités informatiques propices au développement de nouveaux services à valeur ajoutée, simples d'usage et vite adoptés.

Les services financiers n'échappent pas à cette tendance. Grâce aux services gérés du Cloud public, il est possible de construire en ligne des écosystèmes entiers de services financiers. La sécurité elle-même n'est plus vraiment un frein : la continuité d'activité peut compter sur le maillage de data centers redondants des grands fournisseurs de Cloud et sur des équipes de spécialistes à qui ils confient la sécurisation des données et des services. Résultat : de multiples sociétés technologiques – ou Fintech – ont pris position sur le marché des services financiers. Pour faire face à ces nouveaux concurrents, le Cloud est devenu un impératif de compétitivité pour les acteurs traditionnels, au premier rang desquels figurent bien-sûr les banques.