Les chiffres annoncés par les quatre géants du Cloud donnent la mesure du succès de leurs offres dans le domaine : 10 milliards de dollars de ventes annuelles en 2015 pour Amazon Web Services, qui truste plus de 30% du marché mondial et un montant même supérieur chez Microsoft, qui atteint la deuxième place avec 10% de parts de marché. Chez Google, les services Cloud se portent bien et ont déjà séduit des groupes de référence comme Walt Disney, Apple ou Spotify. IBM enregistre une progression de 34% de son chiffre d'affaires Cloud sur le seul premier trimestre 2016. Résultat : cette dream team du Cloud contrôle plus de la moitié (53%) du marché mondial, évalué à 7 milliards de dollars par trimestre par Synergy Research.

Cette prédominance nourrit un cercle vertueux pour les quatre sociétés : avec un nombre grandissant de clients, elles profitent d'une masse critique pour baisser les tarifs tout en optimisant la qualité de leurs services. Inventé par Amazon, ce modèle reposant sur le volume est alimenté par une croissance du marché de 50%. Au détriment des 20 autres acteurs identifiés sur le marché mondial, qui tendent à perdre des parts de marché car leur taux de croissance est inférieur à celui du marché global. Certains finissent même par capituler, tel HPE qui vient de retirer de la vente son offre de Cloud public « Helion ». D'autres, toutefois, résistent plutôt bien, comme Orange qui reste le premier fournisseur Cloud en France.

Lire l'article