L'entreprise cherche à rendre ses opérations toujours plus agiles et rentables. Au niveau de son data center, l'heure est à la redistribution des charges de travail et des applications entre différentes options - on-premise, en colocation et dans le Cloud. Laquelle prévaut dans le data center hybride ? Selon le cabinet d'analystes 451 Research, le data center interne conserve une position dominante au sein de l'informatique hybride actuelle. Il représentait 80% de l'espace de data center en 2015 (75% prévus d'ici 2020) et 60% des charges de travail au troisième trimestre 2016 (48% projetés d'ici deux ans). Le data center d'entreprise reste privilégié pour héberger les applications stratégiques, car l'idée selon laquelle il offre davantage de fiabilité et de sécurité reste très ancrée.

Toutefois, les prévisions l'indiquent, le data center d'entreprise est voué à perdre du terrain face aux autres options de data center dans un avenir proche. En effet, même si elle reste lente, l'évolution vers le data center hybride progresse inéluctablement. D'ici deux ans, les infrastructures hors site vont recevoir 52% des charges de travail de l'entreprise, dont un tiers va concerner le Cloud public. Le nuage va d'ailleurs accélérer sa croissance, donnant l'avantage aux data centers proposant des services Cloud (leur croissance étant estimée à 20% jusqu'en 2020). Cette évolution oblige les fournisseurs de data centers à adapter leurs offres : si le data center d'entreprise ne va pas disparaître, des opportunités de croissance associées à la colocation et au Cloud sont à saisir.