Dans trois ans, l'Internet public brassera moins de données que les entreprises, analyse Equinix via son Indice mondial de l'interconnexion. Cette étude se penche sur les choix de milliers d'acteurs dans le domaine des data centers d'hébergement neutres - opérateurs et leur écosystème. Selon ses conclusions, la capacité d'interconnexion mondiale installée croît à un taux de 45 % et l'échange de données privées entre entreprises devrait quasiment doubler d'ici 2020. Des perspectives alléchantes, alignées avec les résultats d’une étude de McKinsey, qui a dévoilé qu’en 2014, l’échange de flux de données transitant par l’interconnexion a généré une augmentation de 2,8 billions de $ du PIB mondial. L’analyste ajoute que l’interconnexion favorise en outre une croissance rapide du multicloud et de l’IoT ; et conclut qu’elle permet à l’économie numérique d’afficher une croissance trois fois plus rapide que l’économie mondiale dans son ensemble.

Mis en perspective, ces chiffres démontrent une croissance faramineuse des données privées. Ainsi, les 5 000 Tb/s de données privées attendues en 2020 sont à comparer aux 1 636 Tb/s de données d'entreprises échangées aujourd'hui. Par ailleurs, le trafic de données privées devrait représenter six fois le trafic IP mondial en 2020 et ainsi passer devant le World Wide Web. L'Europe confirme la tendance générale : dans l'UE, la capacité d'interconnexion installée va passer de 335 Tb/s en 2016 à 473 Tb/s en 2017 et devrait tripler d'ici 2020pour atteindre 1 451 Tb/s.