Selon Cloudscene, les opérateurs américains de data centers ont la main sur leur marché national. Ainsi, outre-Atlantique, les deux premières positions reviennent à Equinix et Digital Realty avec respectivement 153 et 174 data centers répartis sur le territoire américain. En Europe également, les opérateurs américains dominent. Sur le vieux continent, les cinq premiers opérateurs ne comptent qu'un européen : le néerlandais Interxion qui côtoie dans le palmarès les américains Equinix, Telehouse, Digital Realty et Global Switch.

Dans le classement du marché européen élargi aux dix premiers opérateurs, les européens arrivent en dernières positions derrière l'américain Level 3, sixième du classement. De la septième à la dixième place figurent dans l'ordre le néerlandais Nikhef avec un centre dédié à la recherche atomique, puis l'anglais Colt, le français Orange Business Services et le roumain NXData. A noter que de grandes économies européennes, l'Allemagne en particulier, sont absentes de ce classement. C'est pourtant à Francfort que Cloudscene identifie le principal data center européen, opéré par l'américain Equinix.

Cette photographie du marché des data centers rappelle que les infrastructures Internet du vieux continent dépendent d'entreprises privées pilotées aux USA. Les décisions politiques outre-Atlantique peuvent avoir une sérieuse incidence sur ces infrastructures. Parmi les risques identifiés, la possibilité que les règles de préservation de neutralité du Net soient abandonnées par la nouvelle administration américaine et que cette dernière s’engage dans plus de protectionnisme. Pour s'en préserver, reste aux européens à établir une solide politique d'infrastructures Internet locales afin de faire émerger des acteurs de taille mondiale pour reprendre la main sur leur marché.