Les objets connectés ont dépassé le stade de gadgets et les entreprises développent des applications à forte valeur ajoutée pour le quotidien, la santé, la sécurité, le travail, etc. D'après le site Business Insider, elles prévoient d'y investir cinq mille milliards de dollars entre 2016 et 2020 - soit l’équivalent du PIB japonais.

Les capteurs des objets connectés sont désormais partout - sur la personne ou dans l'environnement (ville, bâtiment, logement). L'IoT capte tout, pour analyser, alerter, guider, trouver des solutions alternatives. La sécurité est un de ses domaines de prédilection. Exemple chez un producteur d'acier australien : les objets connectés placés dans l'équipement (bracelets et casques) des collaborateurs captent le rythme cardiaque, la température de la peau et les mouvements pour donner l'alerte quand les conditions deviennent dangereuses pour l'organisme. Autre cas d'usage en sécurité : placés dans un bâtiment, les capteurs de l'IoT peuvent sauver des vies en cas d'incendie, non seulement en donnant l’alerte, mais de plus en proposant des itinéraires d'évacuation sans danger.

Le temps réel étant aujourd’hui une nécessité qu’il s’agisse de sécurité, de e-commerce, de trading, etc., ces prouesses de l'IoT seraient impossibles sans l’interconnexion ultra rapide des capteurs, des différents Clouds impliqués (notamment dans le traitement et l’analyse des données) et des applications des utilisateurs finaux. Le réseau informatique traditionnel de l'entreprise est vite limité, exposé à des goulots d'étranglement et dépendant d'une connexion à l'Internet public plus ou moins fiable. La solution réside donc dans les grandes architectures mondiales de data centers, orientées vers l'interconnexion.