IHS Markit a mené l'enquête auprès des opérateurs de data centers pour évaluer la progression du SDN (Software-defined Network) dans leurs infrastructures en 2016. Plusieurs chiffres indiquent un ralentissement des projets par rapport à l'année précédente. Deux tiers des opérateurs confirment avoir mené des tests en laboratoire en 2016, contre trois quarts d'entre eux en 2015. L'écart se creuse davantage en termes de mise en production : 89% des data centers interrogés en 2015 contre à peine 28% d'entre eux en 2016. Quant à l'exploitation effective du SDN sur les équipements, elle concerne moins d'un quart des opérateurs en 2016, contre près de deux tiers l'année précédente.

Que s'est-il passé entre 2015 et 2016 pour expliquer ce ralentissement ? Il semble que le marché n'a pas fini d'innover et d’affiner certains composants critiques du SDN : contrôleurs, orchestration des data centers et applications SDN. Les déploiements sont donc en attente. Mais le SDN n'est pas pour autant au point mort dans les centres de données. Une autre étude d’IHS Markit dévoilait en septembre 2016 que 75% des opérateurs avaient déployé la technologie en 2016. L’étude de janvier précise que la part de ports nus (« bare metal ») utilisés pour le SDN a augmenté de 12% en 2015 à 24% en 2016, et devrait atteindre 41% d'ici 2018, alors que celle des ports Ethernet reste stable. De plus, l’écosystème du SDN continue de se structurer, avec des fournisseurs de solutions SDN bien positionnés et visibles – dont Cisco et Juniper Networks.