Ce projet de Cloud privé se base sur l'OpenCompute initié par Facebook. Techniquement, le futur data centrer de la douzième banque mondiale sera totalement orienté logiciel (« software-defined ») et toutes les ressources virtualisées dans un Cloud privé seront accessibles « as a service ». L'un des avantages majeurs réside dans les économies escomptées sur les dépenses informatiques : 50% d'ici 2018. Une prouesse au vu des 3 milliards dépensés pour l'IT par l'établissement en 2014.

Les bénéfices ne s'arrêtent pas là . Bank of America va aussi gagner en efficacité énergétique (Facebook, avec OpenCompute, a généré une économie équivalent à  la consommation énergétique de 40 000 maisons individuelles). L'impact positif est également attendu au cœur des activités de l'établissement : l'agilité offerte par ce data center « software-defined » va engendrer une plus grande réactivité pour satisfaire les clients et rester conforme à  la réglementation. Bank of America effectue un saut quantique dans le Cloud qui pourrait faire date dans le secteur bancaire.