Aujourd'hui, les data centers entament une course effrénée pour préparer l'arrivée des données de l'Internet des Objets (IoT). Afin d’anticiper cette charge, les entreprises doivent évaluer précisément leur infrastructure technique et maintenir une visibilité de tous les instants. Pour cela, elles peuvent commencer par un audit qui passe en revue actifs, espace technique, alimentation électrique, refroidissement, ainsi que les consommations de chacun de ces éléments. Ce bilan est l'occasion de réaménager le data center afin de rationaliser son fonctionnement. On peut ainsi libérer des poches de capacités sous ou non utilisées ou renouveler le matériel qui le nécessite. Autre optimisation critique : un degré supplémentaire de température permet de générer une économie de 4% sur le refroidissement. Enfin, ce réaménagement doit s'appuyer sur des analyses prédictives qui valident que toutes les modalités techniques - alimentation, sécurisation, redondance, etc... - peuvent assumer la montée en charge attendue.

Dès lors que le data center est optimisé et son exploitation maîtrisée, une solution de DCIM permet de gérer la complexité des tâches d'administration, décuplée avec l'arrivé de volumes croissants de données. Bien choisir un outil de DCIM demande d'abord de vérifier sa compatibilité avec les divers autres systèmes de l'installation avec lesquels il doit communiquer. De plus, pour plus d'efficacité, mieux vaut centraliser les informations issues des différents systèmes de monitoring et d'administration - DCIM y compris -  dans une interface unique. Bien sûr, la sécurité reste un critère décisif : idéalement, la solution DCIM doit être certifiée par un tiers neutre et fiable. Enfin, la gestion de l'infrastructure pilotée par DCIM impliquant diverses parties prenantes, la solution doit être capable de restituer chiffres clés et rapports personnalisés à chaque opérateur impliqué. Bien mise en place, une solution de DCIM peut devenir le pilier grâce auquel remporter le défi de l'IoT.