Une des spécificités du stockage des données de l'IoT consiste à devoir prendre en charge des flux de données en évolution constante. En effet, rien n'est définitif avec l'IoT. Sans cesse, de nouveaux terminaux d'utilisateurs se connectent. Sans cesse, les données envoyées dans le data center sont remplacées par de nouvelles données dès qu'elles ont été analysées. C'est pourquoi même les meilleures configurations matérielles et règles de sécurité ne peuvent rester figées.

Un stockage « multitâche »

En termes de stockage, le système idéal doit donc s'adapter à la cible mouvante des données de l'IoT. En d'autres termes, il doit réaliser une prouesse multitâche : garantir la performance, supprimer la latence, mais également offrir une capacité de bande passante adaptée à tous types de données, structurées ou non. De plus, il doit permettre une extraction rapide des analyses et évoluer à la demande, le tout en maintenant les coûts d'exploitation au plus bas.

Quelles solutions de  stockage peuvent atteindre efficacement tous ces objectifs ? Hadoop a les arguments pour relever le défi avec, comme point fort, sa fonction de clustering. Cette technologie permet d’exploiter un matériel standardisé, ce qui réduit les coûts. Autre piste : recourir au stockage objet – particulièrement efficace lorsqu’il est combiné avec Hadoop – pour créer un framework de stockage en back-end. Le Cloud public affiche également de sérieux atouts. Ses services gérés s'adaptent à la demande, sans faire peser de charge d'administration sur l'entreprise. Idéal pour répondre aux besoins de stockage de l'IoT qui, comme on l’a vu, évoluent sans cesse.