La salle informatique « à l'ancienne » réside en général dans un local inadapté et converti en espace technique. Ce type d'installation ne répond plus aux exigences de disponibilité et de sécurité actuelles. En effet, aucun système de sécurité n'y est prévu pour contrôler les allées et venues et empêcher l'intrusion d'une personne sans habilitation. D'autre part, ces locaux convertis ne disposent pas d'alimentation électrique dédiée : la moindre panne au niveau des bâtiments peut mettre les serveurs hors service plusieurs heures. Autre problème, celui du refroidissement assuré généralement par d'onéreux systèmes de climatisation.

Les petites entreprises manquent de moyens pour rénover leur salle informatique ou en bâtir une nouvelle. De même, construire leur propre data center implique un budget minimal prohibitif et l'option n'est rentable qu'à partir d'une centaine de baies, alors que, bien souvent, leurs besoins en data center sont inférieurs. L'hébergement à distance, pour sa part, ne répond pas à toutes leurs exigences, surtout lorsqu’elles doivent maintenir sur site données et applications sensibles.

Les PME ne sont pas pour autant dans l'impasse. Elles peuvent miser sur un mini data center modulable. Pour un coût d'entrée de 200 000 euros, ce type de solution longtemps réservée aux usages mobiles ponctuels  leur offrent  un data center tout-en-un moderne et sécurisé.