Le secteur financier effectue sa mue digitale de façon inégale : certaines institutions ont franchi le cap, quand d'autres, malgré de généreux budgets à disposition, avancent à plus petits pas. Elles sont freinées par un héritage IT complètement inadapté aux services technologiques du monde moderne. La stratégique exploitation des données, en particulier, ne peut plus se contenter des anciens outils analytiques. Ceux-ci doivent céder la place à des solutions d'analyse en temps réel, capables de gérer d'immenses volumes de données hétérogènes, mais bien trop exigeantes pour les infrastructures datées encore en place. En outre, les DSI du secteur doivent relever le défi en créant toujours plus de valeur à moindre coût…

Cloud hybride, stockage Flash : la voie vers la finance digitale

L'heure n'est plus aux réticences vis-à-vis du Cloud : le secteur a bien compris que le nuage permet de se doter d'une infrastructure agile, à coût maîtrisé et de technologies à jour. Les institutions financières accèdent ainsi à un socle essentiel pour innover et tirer un maximum de valeur de leurs données en temps réel. Plusieurs activités stratégiques s'en trouvent optimisées telles que la détection de fraude, l'arbitrage instantané pour l'octroi de prêts ou l'évaluation approfondie des risques. Le stockage est un autre domaine à moderniser, compte-tenu de l'enjeu capital de l'exploitation des données. La technologie Flash, devenue abordable, permet d'adapter les capacités avec un ROI réduit à quelques mois à peine.

Grâce à ces nouvelles technologies, les institutions financières historiques peuvent lancer de nouveaux services digitaux en s'émancipant des limites de leurs outils hérités. En mixant Cloud et solutions sur site, un environnement hybride leur permet de garder la main sur les actifs les plus sensibles. Le modèle séduit, en témoigne la Société Générale qui vient d'annoncer qu'elle va passer 80% de ses charges de travail dans le Cloud pour gagner en agilité et riposter aux Fintech.