Rien de tel que la pratique pour confirmer - ou infirmer - la théorie. Ainsi, le Cloud public est de longue date considéré comme plus économique que le Cloud privé, en termes de coûts. En pratique, il ne s'agit pas d'une vérité absolue puisque sur 150 responsables IT interrogés par 451 Research, plus de 40 % constatent avoir réalisé des économies (parfois jusqu'à 50 %) en passant du Cloud public à un Cloud privé.

Illustration avec Clearsense, expert de l'analytique dans le secteur santé, qui a abandonné le Cloud public d'AWS et investi dans du matériel pour installer un Cloud privé dans un data center de colocation. L'entreprise est passée de 40 000 dollars de coûts mensuels à seulement 15 000, pour le même nombre de nœuds logiques. A la clé, les capacités de traitement et de stockage à sa disposition ont été démultipliées.

Prendre en compte les coûts globaux du Cloud

Pour évaluer l'alternative Cloud la mieux adaptée à une entreprise, il convient de bien calculer tous les coûts associés au nuage, y compris certains coûts cachés. Ainsi, une comparaison Cloud public / privé est pertinente si sont budgétés non seulement l'infrastructure IT et les applications, mais aussi les processus, les compétences, la bande passante et diverses questions telles que sécurité, gouvernance et performances. Autres facteurs clés décisifs hors aspects financiers : sécurité, conformité, ressources à allouer à la maintenance et à l'administration sont d'autres critères pour bien arbitrer. Finalement, le match public / privé dans le Cloud est encore loin d'être joué.