Parmi les carences de sécurité mises en relief par l'enquête de Secutity Labs, la faible sécurité des terminaux mobiles vient en tête : toutes les entreprises interrogées comptent au moins un terminal non conforme – par exemple : protection par code PIN désactivée, terminal perdu ou absence de règles strictes de sécurité. Ces terminaux défaillants ouvrent une brèche mettant en péril les données professionnelles stockées dans le Cloud. Les hackers l'ont bien compris et créent continuellement de nouvelles versions de malware pour attaquer les systèmes d’information via les mobiles. Les entreprises tendent à se protéger avec des pratiques obsolètes, telles des listes noires où sont placées certaines applications Cloud de synchronisation et de partage de fichiers. Insuffisant et vain : ces listes ne pourront jamais repérer l'ensemble des applications et services à écarter.

Avec l’explosion du nombre de terminaux utilisés dans l’entreprise, les risques se multiplient. La sécurité mobile est un défi à part entière que les entreprises peuvent relever à l’aide de solutions de gestion de la mobilité (EMM). Véritable couteau suisse de la sécurité mobile, cet outil est capable de repérer les terminaux défaillants ou non conformes pour les mettre en quarantaine. Il s’affranchit en outre des limites des listes noires en offrant des fonctions de conteneurisation des applications, à travers lesquelles les données sont stockées dans un Cloud sécurisé d'entreprise. Ainsi, les données professionnelles ne sont plus dispersées dans un nombre croissant d’applications Cloud, ni stockées avec les données personnelles des utilisateurs dans le Cloud public. Une console EMM peut aussi intégrer un service de réputation des applications ou de prévention des menaces, qui détecte les applications dangereuses et autres malware, mais également les attaques réseau.

Lire l'article